Danièle Collombon: pourquoi j'ai accepté d'être la suppléante de Didier Cade

Danièle COLLOMBON,
conseillère municipale à St Zacharie
La sincérité et le courage de Didier Cade m’ont convaincue de me présenter à ses côtés, en tant que suppléante, aux prochaines élections législatives. Il faut dire que son parcours et le mien comportent de grandes similitudes ! 

Un événement déclencheur nous a d’abord mobilisés, chacun dans son lieu de vie. Pour lui, ce fut la lutte contre la LGV qui a commencé en 2005 (participation à la création du collectif en 2011 dont présidence en 2013) et se poursuit encore. De mon côté, je me suis engagée en 2001, avec l’association « Le défens de la sainte-Baume » dont j’ai assuré la présidence de 2006 à 2008, dans la lutte contre l’implantation d’un centre commercial, au quartier Montvert, qui aurait dévasté l’entrée ouest de notre village. Après plusieurs années de lutte, ce projet a enfin été rejeté par deux fois, en première instance et en appel, par les tribunaux pour erreur manifeste d’appréciation! 

Au travers de nos mobilisations respectives, nous avons alors pris conscience de la nécessité de nous engager politiquement afin de changer les choses de l’intérieur. C’est ainsi qu’en 2008, je me suis présentée pour la première fois aux élections municipales à la tête de la liste Saint-Zacharie Autrement réalisant près de 40% de voix.
Ma préoccupation principale pour notre région a toujours été de préserver notre patrimoine, qu’il soit naturel, architectural, historique ou culturel, car il représente non seulement notre cadre de vie mais également notre capacité à travailler et nous nourrir localement. Il faut réaliser que, dans le Var, la vitesse de disparition des terres agricoles est alarmante ! C’est donc en cohérence avec les idées que je défends, que je privilégie dans mon quotidien, les circuits courts comme les AMAP, par exemple. Notre culture est comme notre architecture et nos paysages, profondément mise à mal. C’est pourquoi je me passionne également pour notre langue régionale et chante depuis 2000, en occitan dans le quatuor Marombrina.

Avec Didier, je partage la conviction que nous devons maintenant aller plus loin dans nos engagements afin de porter et défendre nos valeurs plus haut encore, dans l’intérêt de nos territoires comme de la France. Je pense que l’Assemblée Nationale doit être à l’image du nouveau gouvernement, au dessus des partis. Il ne me semblerait pas logique d’établir un nouveau parti macronien, ce qui d’une part, reviendrait à recréer ce que l’on dit vouloir combattre et, d’autre part, viendrait dangereusement contredire et contrecarrer cette volonté affichée de valoriser toutes les compétences de quelque horizon qu’elles viennent.

Enfin, je voudrais dire que je continuerai à agir aussi sincèrement et honnêtement que je l’ai toujours fait depuis mes premiers engagements publics car je souhaite ardemment que la politique ne soit plus génératrice de suspicion, de dégoût et de rejet, qu’elle redevienne ce qu’elle aurait toujours dû rester à savoir l’affaire de tous les citoyens. Elle est dans tous nos choix, notre consommation, nos réalisations. Ainsi, que nous le voulions ou non, nous faisons de la politique quotidiennement alors autant vaut-il prendre les choses en main nous-mêmes et ne pas laisser le pouvoir à ceux qui sont prêts à tous les mensonges pour le prendre ou le garder. Il est temps d’agir ensemble et je sais qu’avec Didier, cela est possible, j’ai confiance en lui!

Aucun commentaire: